Partager cet article

Mais qui est donc Satoshi NAKAMOTO?
Articles / Chroniques

Mais qui est donc Satoshi NAKAMOTO?

Si vous avez entendu parler du bitcoin, vous avez très certainement croisé le nom de Satoshi Nakamoto. C’est, en effet, sous ce pseudonyme que se cache le créateur ou la créatrice de la plus célèbre monnaie numérique. A l’heure actuelle, aucune certitude n’est établie quant à la véritable identité du fondateur du bitcoin et de la première blockchain. S’agit-il d’un individu isolé, génie en informatique ? D’un groupe de personnes ? D’un conglomérat industriel ? D’une entité gouvernementale secrète ? Les rumeurs les plus folles circulent à ce sujet.

Il y a une dimension quasi mythologique autour du bitcoin. Et toute mythologie s’accompagne de quêtes. L’identité du créateur du bitcoin en est la principale.

Si la véritable identité de Satoshi Nakamoto est tant recherchée, c’est notamment pour le nombre de bitcoin qu’il posséderait. Il n’y a aucune certitude quant à cette quantité mais toutes les estimations convergent à ce sujet. Le créateur du bitcoin (individu ou groupe) détiendrait environ un million de bitcoins. C’est une quantité considérable étant donné la valeur actuelle du bitcoin et cela attise curiosité et convoitise.

Il est communément admis qu’il s’agit d’un homme, né en 1937 et de nationalité japonaise. C’est en tout cas ce que prétendait Satoshi Nakamoto sur son profil. Mais au vue de la qualité de son anglais, parfaitement britannique, et de l’absence de documents en japonais sur le bitcoin, le doute est permis. En tout état de cause, c’est sous des traits japoniasant qu’est souvent représenté Satoshi, comme le montre les illustrations de cet article (une des magazines Time et Newsweek). On notera la création d’un groupe (féministe?) rappelant que Monsieur Nakamoto pourrait être Madame Nakamoto. Ce groupe a fait sien le slogan “Satoshi is femal” (Satoshi est une femme) et l’a rendu célèbre avec un t-shirt.

 

PEU DE CERTITUDES…

Pour le reste, tout que nous savons c’est que Satoshi Nakamoto est le pseudonyme utilisé pour créer le bitcoin, de 2009 à 2010, le logiciel Bitcoin-Ot (en 2009, renommé Bitcoin Core depuis), le site bitcoin.org (2008) et le forum bitcointalk.com. C’est d’ailleurs sur ce forum que Satoshi Nakamoto affirme avoir travaillé sur le bitcoin depuis 2007 et qu’il émet son dernier message le 12 décembre 2010.

Afin d’en expliquer le fonctionnement, Satoshi Nakamoto écrit le Livre blanc du bitcoin. En neuf pages, il décrit les raisons pour lesquelles il a créé le bitcoin ainsi que le fonctionnement du système. « Une version de l’argent électronique, purement conçue pour être pair à pair, permettant de réaliser des paiements en ligne en les envoyant directement d’un pair à un autre, sans passer par une institution financière », écrit-il. Jusqu’à présent, il était possible d’échanger des données d’utilisateur à utilisateur. Mais il n’était pas possible de s’échanger de la valeur. C’est à ce problème que la technologie blockchain apporte une solution. On découvre également dans le livre blanc que l’un des piliers de ce système est la confiance que s’accordent mutuellement tous les acteurs du système. La naissance de la révolution blockchain tient donc en quelques pages compréhensibles par le plus grand nombre.

Comme nous l’avons vu, Satoshi Nakamoto s’est exprimé pour la dernière fois en décembre 2010. Depuis, plus rien, si ce n’est une communication avec un autre contributeur du bitcoin, Martii Malmi, à qui il dit « Je suis passé à autre chose et je ne serai probablement plus là à l’avenir. »

Avant son départ, Satoshi Nakamoto désigne Gavin Andresen, développeur américain, comme son successeur en lui donnant accès à des documents clés du bitcoin.

 

… ET BEAUCOUP DE DOUTES !!!

Au-delà de ces éléments, tous les doutes sont donc permis et une véritable chasse à l’homme a débuté. Une dizaine de personnes ont été suspectées d’être le créateur du bitcoin. Certaines ont rapidement démenti alors que d’autres ont essayé de s’en octroyer les honneurs. Mais la duperie n’a jamais durée très longtemps. Plusieurs hypothèses circulent donc pour tenter de retrouver l’inventeur génial. Abordons ici quelques-unes de ces théories.

Un des candidats les plus sérieux est Nick Szabo. Au début des années 1990, Nick Szabo était membre d’une mouvance d’activistes sur le web : les Cypherpunks. Ils souhaitaient créer et mettre en place une devise virtuelle et anonyme. Entre 1998 et 2005 Szabo et quelques autres ont développé une monnaie numérique décentralisée qu’ils ont appelé Bit Gold, sorte de précurseur direct de bitcoin. Nick Szabo s’en défend, arguant que le père de bitcoin pourrait tout aussi bien être Wei Dai (concepteur de b-money, un système de paiement électronique anonyme et distribué), Hal Finney (développeur, créateur d’un système de validation par preuve de travail) ou Adam Back (créateur d’hashcash, autre système de preuve de travail), qui eux aussi ont découvert et apprécié avant tout le monde les idées de Nakamoto. De nombreux spécialistes soupçonnent d’ailleurs Szabo et Finney d’être le duo caché derrière le pseudonyme de Nakamoto.

Mais chacun d’eux a démenti au moins une fois être Satoshi Nakamoto. Toutefois, de nombreux doutes subsistent tant ce petit groupe était au courant très tôt de l’existence du bitcoin, et a activement participé à son développement. Hal Finney, par exemple, a reçu en 2009 la première transaction en bitcoin. La disparition de Satoshi Nakamoto coïncide par ailleurs avec la diminution des capacités physiques de Finney, atteint de la maladie de Charcot et décédé en 2014. Nick Szabo, quant à lui, est le seul à avoir choisi de rester muet lorsque ceux qui ont travaillé de près ou de loin avec Nakamoto ont dévoilé leurs correspondances avec le mystérieux créateur.

Sur la liste, vient ensuite le finlandais Martti Malmi. C’est lui qui aurait réalisé la toute première transaction en bitcoin. Son nom a étrangement disparu du site de bitcoin le jour où Satoshi Nakamoto a cessé de répondre aux internautes. Ce nom revient régulièrement sur le devant de la scène. Martti Malmi est toujours actif dans le monde des cryptos. Il vient de lancer, à l’été 2018, un nouveau crypto projet visant à décentraliser le web. La cryptomonnaie associée es nommée AXE.

Autre piste, pour le magazine américain du « New Yorker », le créateur de bitcoin serait en fait Michael Clear, un irlandais spécialiste des codes informatiques… Piste sans issue!

Trois autres personnes sont considérées comme des candidats sérieux, mais moins plausibles que les précédents : Jed McCaleb (qui a créé la plateforme d’échange MtGox), Shinichi Mochizuki (un mathématicien de génie japonais spécialisé dans la théorie des nombres) et Vili Lehonvirta (un économiste finlandais, ancien programmeur de jeux vidéo).

C’est plus farfelu et moins probable mais, pour certains, le créateur de bitcoin pourrait également être un consortium industriel regroupant SAmsung TOSHIba, NAKAmichi et MOTOrola : mis bout-à-bout les premières initiales forment le nom SATOSHI NAKAMOTO. Thèse complotiste?

Autre délire improbable relayé dans la presse : bitcoin serait une opération de la NSA, les services de renseignements américains.

 

DES RECHERCHES TOUJOURS EN COURS

Plus sérieusement, en avril 2014, une équipe d’étudiants, dirigée par le professeur Grieve, a comparé le Livre Blanc du bitcoin avec les publications de treize « suspects ». La conclusion de leurs travaux désigne Nick Szabo, encore lui, dont nous avons parlé plus haut, comme le probable créateur probable du bitcoin.

Le 15 mai 2015, c’est au tour de Nathaniel Popper, journaliste au New-York Time, de publier les résultats d’une enquête. Elle aboutit à la même conclusion que les travaux des linguistes dirigés par le professeur Grieve : Nick Szabo est le candidat le plus crédible. Au cours de ses investigations il rencontre le principal intéressé qui dément une fois de plus : « Comme je l’ai dit de nombreuses fois auparavant, toutes ces spéculations sont flatteuses, mais c’est faux – je ne suis pas Satoshi.»

En avril 2017 : Jean-Jacques Quisquater, l’un des rares chercheurs cités dans le livre blanc de Satoshi Nakamoto expose une nouvelle hypothèse : “Vraisemblablement Satoshi Nakamoto ce n’est pas une personne mais c’est six personnes”. Il ne développera pas beaucoup plus….

Le 27 novembre 2017 : Sahil Gupta, étudiant en informatique à l’Université de Yale, affirme même que Satoshi Nakamoto pourrait être Elon Musk, le patron de Tesla. Hypothèse très vite écartée.


UN HERITAGE PROMETTEUR

Quoi qu’il en soit, le mystère autour de la personne de Satoshi Nakamoto demeure et participe grandement à la mythification du bitcoin.

Alors, qu’il s’agisse d’un génie isolé, d’un groupe de geeks alter capitaliste ou d’industriels intéressés, l’inventeur de la blockchain a livré au reste du monde une invention qui va révolutionner tous les domaines de notre quotidien. Et son identité n’est peut-être pas le plus important.

 

Cet article est destiné aux nouveaux venus dans le monde des cryptos. Les vétérans peuvent ajouter des infos supplémentaires en commentaire…

Un coup de pouce pour cet article ?

6+

Partager cet article

6 Commentaires

  1. Grosse impression de déjà-vu, si bien que j’ai été vérifier sur Google : une bonne partie de l’article est quasiment copiée-collée sans citer la source (https://bitcoin.fr/satoshi-nakamoto/). Mal copiée en plus, puisque le nom de Craig Wright est complètement éludé, alors que le seul fait qu’il ait déclaré être Satoshi et que certains y aient cru (comme Gavin Andresen) justifie au moins une mention.

    Répondre
    • Bonjour,
      Suite à votre commentaire nous nous sommes penchés sur l’article en question. Il en est ressorti que certains passages étaient inspirés de l’article écrit sur bitcoin.fr mais que dans l’ensemble un effort de réécriture avait été fait sur ces passages.
      Néanmoins merci pour la remarque, c’est d’ailleurs un élément important sur lequel nous devons être vigilants du fait que nous proposons à n’importe qui de publier sur notre site.
      La team Cryptonomic

      Répondre
      • On retrouve quand même les mêmes tournures de phrase à pas mal d’endroits… Après c’est pas si grave mais c’est assez déplaisant de voir ça.

        Répondre
        • Bonjour,
          l’idée de ce post était de faire une synthèse de la dizaine d’articles que j’avais lu sur le sujet, en français. J’ai même un temps hésité à ne faire que des citations successives de ces articles et puis j’ai tenté de me les approprier pour proposer un tout cohérent. Mes excuses si cela vous a déplu. A l’origine c’était un travail d’appropriation personnel. Cela n’avait pas vocation à être publié. Et puis je me suis lancé… Je tenterai de faire mieux la prochaine fois 🙂
          D’ailleurs, pour l’ensemble des articles du site, il peut être intéressant que les auteurs mettent leurs sources principales (une mini bibliographie en fin d’articles). De cette façon, la qualité des articles devraient s’en trouver améliorer. A bientôt

          Répondre
      • Il est peut-être intéressant pour ne que tout le monde soit content de mettre une note expliquant que l’article est en partie inspiré du dit article?

        Répondre
  2. Pour compléter l’article, sachez qu’une campagne de financement participatif est en cours pour retrouver Satoshi Nakamoto : https://cryptonaute.fr/campagne-financement-trouver-satoshi-nakamoto/

    Répondre

Laisser un Commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>